La Colère

La Colère

Qu’est-ce que la colère et comment la gérer ?

La colère tout comme la tristesse ou la joie, est une émotion, qu’il faut extérioriser.

Lorsque l’on refoule ses émotions, on ancre à l’intérieur tout ce qui nous fait mal. Cela a des répercussions sur la santé, qu’elle soit physique ou psychique.

Bien évidemment plus ce que l’on “garde en soi” est important, plus il y a de risques d’une violente explosion.

La colère a tout un panel d’intensité, qui va des cris aux hurlements, de la rage à l’explosion, de la violence verbale à la violence physique.

Il ne faut surtout pas croire que seules les personnes qui sont au quotidien agressives, mécontentes, hargneuses peuvent se mettre en colère.

Il y a de nombreuses personnes qui sont habituellement d’apparence timide, réservée, que l’on dit “ne pas broncher” , expression populaire qui peuvent justement à un moment avoir des excès de colère.

En réprimant cette émotion et en gardant toutes les agressions extérieures et frustrations pour elles, il y a un trop plein d’émotions négatives, de mal être, de sentiment d’injustice, d’incompréhension.

Aussi, le moindre événement peut être un déclencheur de la colère. La personne en face ne comprendra pas pourquoi cela interviendra à ce moment précis, estimant que l’événement est sans importance.

Je ne reviendrai pas dans cet article sur l’interprétation personnelle des mots, des sensations, des comportements qui diffèrent suivant notre vécu, notre éducation, le sujet actuel étant la colère.

La situation, l’événement déclencheur peut effectivement paraître anodin, mais ce n’est que l’étincelle qui met le feu aux poudres. Tout ce qui est lattent, qui est resté emmagasiné doit sortir. C’est un peu comme le vase qui accueille des litres d’eau et qu’une seule goutte va faire déborder. En quantité la goutte n’est rien comparée à la contenance du récipient, mais elle suffit à faire tout déborder.

Le regard et le jugement de l’autre fait culpabiliser la personne qui se met en colère. Montrer quil est difficile de gérer un conflit est vécu comme la démonstration d’une faiblesse.

Alors que communiquer au quotidien, exprimer ce que l’on ressent permettrait de limiter ce trop plein de négativité et d’en arriver à cette rage, cette explosion.

Il est parfois difficile de le faire, lorsque la personne en face est quelqu’un qui se sert de la colère au quotidien pour asseoir son emprise, pour manipuler. La peur, l’angoisse, aussi le fait d’être fatigué de toujours d’être toujours dans l’affrontement fait que certains garderont tout en eux et petit à petit se fera manipuler par l’autre.

C’est notamment le cas des pervers narcissiques qui savent parfaitement comment réagit leur interlocuteur et se servent de la colère comme moyen de communication.

Les outils sont divers, j’utilise pour mes clients la méditation, la sophrologie, l’hypnose, la méthode Tipi.

admin

Registrations
No Registration form is selected.
(Click on the star on form card to select)
Please login to view this page.
Please login to view this page.
Please login to view this page.